New Year, New You in 2018: Start Where YOU Are. Use What YOU Have. Do What YOU Can

By Rachelle Martinez-Pagbaya

New Year’s resolutions are a thing of the past. A personal trainer/dear friend wittingly remarked that by February 1st, I will find the gym parking lot less busy and will get my usual gym parking spot because most ‘New Year’s Resolvers’ will have since fallen off the bandwagon and back to their old habits. Most certainly, their commitment to “transform” their lives or be the “best version of themselves” dissolves at the mere mention of hot wings a-gogo during superbowl weekend. And in a fit of trying to get back on track with their resolutions, concoctions like Kombucha, Apple Cider Vinegar and lemon (yuck!), or other potions are consumed to wash away the edible transgressions. And on the next available “Magical Monday”, the vicious cycle begins again….

Of course, I joke about what is an all too common, difficult struggle that all of us face: change is necessary for growth but it is not easy. It is often said that, “you can be your greatest enemy”. This is true because it clearly articulates the internal struggle we all face, but fail to admit because it is pegged to our cultural norms, spiritual perspectives, and personal biases and ignorance. Too often this reality is jaded by the desire to choose to believe that our ineptitude is a consequence of someone else’s actions. Some label it as gris gris, magi, juju, vaudou, or simply hating; however defined, we choose to scapegoat or circumvent the root causes–ourselves– and throw stones at others to turn down the volume of our conscience. As a believer in God and in Jesus, I most certainly believe that Satan and evil exist and cause a great deal of misfortune in our world today. But I sometimes am grieved when I hear others place undue blame on others and their perceived evil practices as the cause of their issues. Certainly external challenges may hinder progress towards one’s goals, I am certain that lack of preparation and feelings of inadequacy are two of the major factors that keep one stuck year after year, unable to grow and be the best that they can be. In 2018, I invite you to call out those BOGUS excuses that hinder progress towards your goals. Let’s examine them, let them go, and rewire our thinking so that this can be a year of transformation.

One of my favorite life quotes comes from the late tennis great, Arthur Ashe: “Start where you are. Use what you have. Do what you can.” Arthur Ashe was an African American, three-time Grand Slam title champion whose life circumstances left an enduring legacy well beyond his time here on earth. A man of humble beginnings, Ashe was raised by his father, a strict disciplinarian who had very little means and opportunity, but instilled in his sons the value of using the resources they had–in his case, time, natural talent, and access to their city’s recreation center–to transform his life circumstances from being dirt poor to an accomplished, world renown athlete. Born and raised in the heart of the prejudiced, segregated South (1948, Richmond, Virginia), there were lots of odds stacked against Arthur and his family. Limited opportunity, segregation, fragile health, and extremely limited means. However, equipped with a natural gift for tennis excellence and a humble willingness to learn and to grow , Arthur used the time that he had and beginning at age 7 he practiced vigorously on the tennis court, sometimes improvising a tree branch for a tennis racket to build skills because he couldn’t afford to buy a used tennis racket. Because Arthur used his faith, his natural talents, and the resources he already had, he paved the way to receiving free coaching from a local tennis champion who yearned to inspire younger tennis players. Arthur’s coach then paved the way for opportunities to formally compete, win championships, and earn the money he longed for to support himself and his family. Certainly, the life of Arthur Ashe used in this context transcends new year resolutions. It is a profound example of what it means use what you have and start where you are to make progress. Although Arthur Ashe’s life was cut short because he contracted AIDS while receiving contaminated blood back in the 1980s when little was still known about the illness, his legacy continues to impact the lives of so many others who started off like him. Here in Philadelphia, young minorities can enroll in the Arthur Ashe Tennis Foundation, a center that prepares young people who demonstrate great promise in tennis. Want to learn more? Visit the Legacy Youth Tennis and Education’s website: https://www.legacyyte.org/.

What can we learn from Arthur Ashe? How can we apply his quote to our lives? Here are three simple recommendations you and I should apply to accomplishing our own goals.

  1. Stop overthinking and take the first step . Have you been considering for quite some time going back to school or have you considered improving your skills through a training or certification? Have you been wanting to lose weight? Research proves that 80% of accomplishing these kinds of goals is to simply take the first step. Go ahead, call that school. Reactivate your gym membership or go for a walk around the block a few times. You’ll find that once you take that first step, your motivation will increase, and you’ll be more likely to move forward one step at a time.

  2. Focus more on yourself and less on others . Please don’t misinterpret, I am a big supporter of helping and serving others. I am not talking about that context. In this context, I am encouraging you to take a break from social media . Personally, I intermittently fast from Facebook at least 2 months out of the year to recalibrate my focus, eliminate distractions, and limit negative influences that foster unnecessary comparisons and veer me away from my own goals. Whether we want to admit it or not, social media considerably impacts our worldview and unfortunately skews the way we see ourselves. Depression data support this statement, considering the fact that depression statistics are at an all time high and debilitating society, causing people to seek insatiable amounts of attention and have a skewed view of our world. A word to parents: keep your children away from social media for as long as possible . Allow them to build healthy friendships and relationships with those they encounter in life the traditional way to prepare them for healthy social skills and genuine friendships that can be enriched by social media later on life. (topic for another article).

  3. Pace yourself and ask for help along the way . We weren’t made to live in isolation. We also do ourselves more harm than good when we don’t seek advice from those who can provide the necessary guidance needed. Proverbs 11:14 supports this, “where there is no guidance the people fall, but in abundance of counselors there is victory.” Seek good counsel today, let go of your pride and seek good counsel from someone who demonstrates wisdom and is knowledgeable so that you can use what you have, start where you are, and do what you can to make progress in 2018.

 

Version Francaise

Les résolutions du Nouvel An appartiennent au passé. Un entraîneur qui est aussi mon ami a fait remarquer que le 1er février, le parking de la salle de sport serait moins occupé et que j’aurais mon parking de gym habituel parce que la plupart des «Resolvers du Nouvel An» auront abandonné leurs habitudes. . Très certainement, leur engagement à «transformer» leur vie ou à être la «meilleure version d’eux-mêmes» se dissout à la seule mention des “hot wings” a-gogo pendant le week-end du Super Bowl. Et dans un effort d’essayer de se remettre sur les rails avec leurs résolutions, des concoctions comme Kombucha, vinaigre de cidre de pomme et citron ou d’autres potions sont consommées pour faire disparaitre leur transgressions comestibles. Et sur le prochain “Magical Monday” disponible, le cercle vicieux recommence ….

Bien sûr, je plaisante au sujet de ce qui est un combat trop commun et difficile auquel nous sommes tous confrontés: le changement est nécessaire pour la croissance mais ce n’est pas facile. On dit souvent que «vous pouvez être votre plus grand ennemi», car il exprime clairement la lutte interne à laquelle nous sommes tous confrontés, mais ne parvient pas à l’admettre parce qu’elle est liée à nos normes culturelles, nos perspectives spirituelles et nos préjugés personnels. Trop souvent, cette réalité est blasée par le désir de choisir de croire que notre ineptie est une conséquence des actions de quelqu’un d’autre.Certains l’appellent gris gris, magi, juju, vaudou, ou simplement haïr, mais nous avons choisi de faire un bouc émissaire ou En tant que croyants en Dieu et en Jésus, je crois très certainement que Satan et le mal existent et causent beaucoup de malheurs dans notre vie. Mais parfois, je suis attristé quand j’entends les autres accuser les autres et leurs mauvaises pratiques perçues comme la cause de leurs problèmes.Certains défis externes peuvent entraver le progrès vers ses objectifs, je suis certain que le manque de préparation et le sentiment d’insuffisance sont deux des principaux facteurs qui bloquent année après année, incapables de grandir et d’être les meilleurs qu’ils peuvent être. En 2018, je vous invite à appeler ces excuses BOGUS qui entravent les progrès vers vos objectifs. Examinons-les, laissons-les aller, et recablons notre pensées pour que cela puisse être une année de transformation.

Une de mes citations préférées de la vie vient d’un star du tennis, Arthur Ashe: “Commence où tu es. Utilise ce que tu as. Fais ce que tu peux.» Arthur Ashe était un Afro-Américain, triple champion du “Grand Slam”, dont les circonstances de la vie ont laissé un héritage durable bien au-delà de son temps ici-bas. Ashe a été élevé par son père, un père strict qui avait très peu de moyens et de possibilités, mais qui a inculqué à ses fils la valeur d’utiliser les ressources qu’ils avaient – dans son cas, le temps, le talent naturel et l’accès à un centre récréatif de leur ville – pour devenir un athlète accompli et de renommée mondiale. Né et élevé a Richmond, Virginia, durant la période de ségrégation ou les noirs n’avait autant des opportunités comme aujourd’hui, Arthur et sa famille ont confrontés à la quotidiens des opportunités presque nonexistent. En plus, sa santé était fragile et ses moyens extrêmement limités. Cependant, doté d’un don naturel pour l’excellence du tennis et d’une humble volonté d’apprendre et de grandir, Arthur utilisa le temps qu’il avait en pratiquant vigoureusement sur le court de tennis à l’âge de 7 ans, improvisant parfois une branche d’arbre pour une raquette de tennis. Parce qu’Arthur a utilisé sa foi, ses talents naturels et les ressources qu’il possédait déjà, il a ouvert la voie à l’entraînement gratuit d’un champion de tennis local qui aspirait à inspirer les jeunes joueurs de tennis. L’entraîneur d’Arthur a ensuite ouvert la voie à des occasions de compétition officielle, de gagner des championnats et de gagner l’argent dont il rêvait pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Certes, la vie d’Arthur Ashe utilisée dans ce contexte transcende les résolutions de la nouvelle année. C’est un exemple profond de ce que cela signifie d’utiliser ce que vous avez et de commencer là où vous devez progresser. Bien que la vie d’Arthur Ashe ait été interrompue parce qu’il avait contracté le SIDA en recevant du sang contaminé dans les années 1980, alors que l’on en savait encore peu sur la maladie, son héritage continue d’affecter la vie de tant d’autres qui ont commencé comme lui. Ici à Philadelphie, les jeunes minorités peuvent s’inscrire à la Arthur Ashe Tennis Foundation, un centre qui prépare les jeunes qui démontrent de grandes promesses dans le tennis. Voulez-vous en savoir plus? Visitez le site Web de Legacy Youth Tennis and Education: https://www.legacyyte.org/.

Que pouvons-nous apprendre d’Arthur Ashe? Comment pouvons-nous appliquer sa citation à nos vies? Voici trois recommandations simples que vous et moi devrions appliquer pour atteindre nos objectifs.

  1. Arrêtez de trop réfléchir et faites le premier pas. Avez-vous envisagé depuis un certain temps de retourner à l’école ou avez-vous envisagé d’améliorer vos compétences grâce à une formation ou à une certification? Avez-vous voulu perdre du poids? La recherche prouve que 80% de l’accomplissement de ces types d’objectifs est simplement de faire le premier pas. Allez-y, appelez cette école. Réactivez votre abonnement au gym ou promenez-vous dans votre quartier à quelques reprises. Vous constaterez qu’une fois que vous aurez fait ce premier pas, votre motivation augmentera et vous aurez plus de chances d’avancer d’un pas à la fois.

  2. Se concentrer davantage sur soi-même et moins sur les autres. S’il vous plaît ne pas mal interpréter cette recommandation, puisque je tiens à aider et à servir les autres. Dans ce contexte, je vous encourage à faire une pause dans les médias sociaux. Personnellement, j’éteins mon compte de Facebook au moins deux fois par année–un mois a la foi– pour recentrer mon attention, éliminer les distractions et limiter les influences négatives qui favorisent les comparaisons inutiles et m’éloignent de mes propres objectifs. Que nous voulions l’admettre ou non, les médias sociaux ont un impact considérable sur notre perspective du monde et faussent malheureusement la façon dont nous nous voyons. Les données sur la dépression soutiennent cette affirmation, considérant le fait que les statistiques sur la dépression sont à un niveau élevé et débilitant la société, amenant les gens à rechercher une quantité d’attention insatiable et à avoir une vision biaisée de notre monde. Un mot pour les parents: gardez vos enfants loin des médias sociaux aussi longtemps que possible. Permettez-leur de construire des amitiés saines et des relations avec ceux qu’ils rencontrent dans la vie, la manière traditionnelle de les préparer à des aptitudes sociales saines et à des amitiés authentiques qui peuvent être enrichies par les médias sociaux plus tard dans la vie. (sujet pour un autre article).

  3. Rythmez-vous et demandez de l’aide en cours de route. Nous n’étions pas faits pour vivre isolés. Nous faisons aussi plus de mal que de bien quand nous ne demandons pas conseil à ceux qui peuvent fournir les conseils nécessaires. Proverbes 11:14 soutient ceci, “là où il n’y a pas de guide, les gens tombent, mais dans l’abondance des conseillers il y a la victoire.” Cherchez le bon conseil aujourd’hui, lâchez votre fierté et cherchez le bon conseil de quelqu’un qui démontre la sagesse et est bien informé. que vous pouvez utiliser ce que vous avez, commencer là où vous êtes et faire ce que vous pouvez pour progresser en 2018.

En observant différents groupes sociaux, un fait va vous troubler

De Assou Lissavi KAKPO (Mouvement Fédéral Africain)

Les Chinois évoluent toujours en groupe très fermé. Et si vous voyez un africain parmi eux, c’est forcément celui qui occupe le plus bas niveau du groupe : chauffeur, agent de sécurité, agent d’entretien. Les Chinois mangent toujours dans des restaurants chinois. Quand ils doivent s’approvisionner, ils privilégient des boutiques chinoises. Quand ils veulent importer des produits en Afrique, ils ne le prennent d’ailleurs que de la Chine.

Les Libanais restent cloisonnés entre eux. Ils mangent libanais, achètent libanais, envoient leurs enfants dans des écoles libanaises. Les Africains sortent-ils avec les jeunes filles libanaises?… Mais une africaine sera fière de pavaner avec un libanais. Quand les deux partent ensuite au Liban, vous entendez que la jeune africaine est maltraitée, introduite dans des réseaux de prostitution ou même tuée à la grande indifférence des élites et ONG africaines.

Les indo-pakistanais, comme les chinois et libanais, restent entre eux. Ils ne mangent pas africains, ne portent pas des vêtement africains. Et comble de paradoxe, ils importent en Afrique des tissus africains. Mais eux-mêmes ne les portent jamais. Et dans les grands marchés d’Afrique, ils détiennent, avec les libanais, des pans entiers des économies des États.

Quand survient un litige entre un Libanais et un Africain, c’est le Libanais qui nargue l’Africain. Il nargue le nègre… chez lui!

Ces trois groupes sont au sommet de la distribution des produits importés en Afrique. Ils sont grossistes ou semi-grossistes.

Et les nègres que nous sommes, restons de simples détaillants, sur notre propre sol. Des africains peuvent-ils avoir autant de pouvoir dans ces pays? Je m’interroge.

Les européens constituent quant à eux, un groupe à part. Celui des très supérieurs. Vous ne les verrez jamais détenir une boutique dans un marché africain. C’est trop bas pour eux. Cela va ternir leur peau. Eux, ils viennent sous la dénomination de “coopérants”. Avec un BAC+2, ils viennent donner des leçons aux grands diplômés africains, sur des sujets… bien mieux maîtrisés par l’Africain.

Ni l’Européen, ni le Chinois, ni le Libanais, ni l’Indo-pakistanais n’ouvriront jamais d’eux-mêmes, les portes d’un restaurant ” Spécialités Africaines”.

Chers Africains, lorsque nous achetons chez un Libanais, un Chinois, un Indo-pakistanais, plutôt qu’un Africain, nous enrichissons un étranger qui, un jour, sortira son argent de façon frauduleuse, sans jamais payer une seule taxe. Il ne construira jamais rien de durable dans nos États avant de repartir chez lui. Il n’y a aucun lien.

Par contre, l’Africain lui, est lié, à un niveau donné, à votre famille, proche ou lointaine. Lorsque nous achetons chez un Africain, nous aidons quelque part un membre de notre famille.

A l’heure où j’écris ces lignes, le seul pouvoir dont je dispose est de nous sensibiliser sur le fait que nous fragilisons nos économies par de petits gestes anodins. Et que c’est par des petits gestes anodins que nous pouvons redresser la barre.

Demain, peut-être, si nous sommes appelés à légiférer, c’est avec plaisir et fierté que nous remplacerons un à un ces étrangers qui détiennent nos économies par des Africains. Mais pour le moment, nous faisons notre petite part en vous postant ce message. A vous de faire la vôtre.

Juste un petit geste utile: comme les autres peuples le font, donnons notre argent à des Africains.

Le concept Ubuntu « Je suis parce que tu es », plus que jamais du jour pour les peuples africains

De Sourou Pagbaya

« Cogito ergo sum » – « Je pense donc je suis ». Beaucoup d’entre nous sommes peut-être familiers à cette fameuse proposition philosophique de René Descartes dans son opuscule le discours de la méthode publié le 8 Juin 1837. Par cette formulation, Descartes marqua ainsi la naissance de la philosophie moderne occidentale. Je dirais même qu’il a ainsi établi avec lucidité et clarté le thème fondamental de la pensée occidentale qui est basée sur l’individualisme avant tout. Cette attitude, couplée à l’innovation et à l’adoption des idées et des technologies venues des différents coins du monde ont permis à l’Europe de conquérir et dominer le monde y compris l’Afrique pendant plusieurs siècles.

Je pense toutefois que la race humaine aujourd’hui est à la croisée des chemins. Au vue des évènements mondiaux récents, est-il temps de revoir le concept de Descartes par rapport au concept Ubuntu, une vision authentiquement africaine qui encourage la collaboration et la vie en communauté ?

« Ubuntu » en langue Nguni Bantu veut dire « humanité ». Ce terme Sud-Africain est apparu vers le milieu du 19eme siècle et s’est populariser au début des années 1950 à travers des écrits de notable écrivains comme John Kush Ngubane qui a fait une dissertation à ce sujet dans son livre « African Drum ». En terme philosophique, le concept Ubuntu tacle la pensée de Descartes et propose une nouvelle définition de l’essence de l’homme et de l’humanité. Selon le concept Ubuntu, l’essence d’une personne se retrouve à travers une autre personne. « Je suis parce que tu es ». Je suis humain car tu me vois comme un humain. Si je détruis ton humanité pour satisfaire mon désir personnel ou autres objectifs égoïstes, je suis en fait entrain détruire ma propre humanité. Donc, à Descartes qui ne découvre son essence d’humain que par sa propre capacité de penser, Ubuntu répond que Descartes n’a que partiellement raison. Il faut aller plus loin et reconnaitre l’importance de ton prochain dans ta propre existence.

Mais pourquoi tout ceci est important ? Quand nous regardons aujourd’hui autour de nous, que ce soit les catastrophe naturelles ou humaines, nous devons reconnaitre que le monde est en train de changer et pas nécessairement dans le bon sens. Les guerres successives dans le moyen orient, au Maghreb et en Afrique Australe, doublé des changements climatiques planétaire causent des vagues d’immigrés à travers notre globe. Aucune semaine ne passe sans que la presse internationale ne nous informe d’un naufrage aux bords des côtes de la Méditerranée causant la mort de milliers de personnes venant d’Afrique ou du moyen orient a la recherche d’une vie meilleure en Occident. De l’autre côte de l’Atlantique, l’Amérique du Nord continue de voire un flux constant d’immigrés qui fuient la pauvreté et l’instabilité pour une promesse de conditions beaucoup plus acceptables.

Face à tous ces mouvements migratoires, on aurait pensé que le monde entier se tendra la main pour aider ceux d’entre nous qui sont dans ces conditions précaires. Mais, on note plutôt l’émergence du nationalisme et du protectionnisme dans les pays occidentaux. Pour évidence, on peut prendre l’exemple du Brexit (retrait du Royaume Uni de l’Union Européenne), l’avancée des partis anti-immigration en Autriche, aux Pays-Bas, en Allemagne, en France et plus récemment la victoire du candidat républicain Donald Trump aux présidentielles américaines. Ce dernier a clairement indique pendant la campagne et durant les premières semaines de son administration sa détermination à éliminer ou réduire au maximum l’immigration en Amérique.

Comment sommes-nous arrives à ce point où nous sommes devenus indiffèrent face aux conditions d’autres humains comme nous ? Comment pouvons-nous continuer à accepter sans honte ou peine que des bébés de quelques mois meurent naufragés dans les eaux de la Méditerranée ? Comment comprendre que des milliers d’africains périssent chaque année dans des guerres fratricides ou à cause de la famine sans que cela n’offense quiconque. Comment expliquer que plus de 200,000 syriens sont mort dans la guerre civile depuis 4 ans et que jusqu’alors l’ONU n’a toujours pas pu trouver une solution à ce conflit. On dirait que tout un chacun n’est intéressé qu’a ce qui le concerne individuellement et rien d’autre.

Face à ces questions d’ordre humain auxquelles l’Occident n’arrive toujours pas à proposer des solutions adéquates, je pense qu’il est peut-être temps d’offrir des solutions africaines. Je propose donc le concept Ubuntu : je suis parce que tu es. Nos sociétés et civilisations africaines étaient bâties sur la famille et la communauté. Chacun prend soin de l’autre. Si un est malade, tout le monde se sent malade. S’il y a des funérailles dans le village, tout le monde y participe et pleure avec la famille. Dans mon village, quand tu tues un mouton pour célébrer un évènement, tu as intérêt à offrir un morceau a toutes les concessions même ceux qui n’étaient pas présents à l’occasion. Tout cela parce qu’on reconnaissait que nous sommes tous dans le même bateau. On monte ensemble ou on sombre ensemble.

Mais l’individualisme occidentale est maintenant de plus en plus accepté comme la norme. On pense que c’est ok de s’enrichir massivement et vivre dans l’opulence même si ton voisin peut à peine s’offrir un repas par jour. On ne se gêne pas de rouler dans sa voiture de luxe et éclabousser le mendiant de l’eau de rue sans remords. Le sort des autres nous importe peu jusqu’à ce qu’on se retrouve dans un pareil cas. En ce moment on se demande pourquoi les autres ne viennent pas nous assister. On s’étonne de la méchanceté de son frère envers soit oubliant que pas plus qu’hier on a ignoré ses pleurs et supplications.

L’heure a peut-être sonné pour que nous africains retournons a ces valeurs qui faisaient de nous des peuples moins équipés, mais plus heureux. Le temps est venu ou l’élévation du statut social d’un individu devrait être juge par manière avec laquelle il traite les autres. La richesse ou l’éducation ne doivent plus être les seules mesures du respect qu’on donne a un individu dans la société. Plutôt, cela doit se baser plus sur le respect et la valeur qu’il accorde aux autres sans qu’il ne cherche à savoir s’ils sont de sa classe ou pas. Parce qu’en fait, la classe sociale ne veut rien dire. Ce n’est qu’une invention que l’homme à créer par vanité. Si nous croyons que nous sommes tous les enfants d’un même créateur, comment pouvons-nous alors penser que ce même créateur nous préfère aux autres.

Nous sommes tous humains, et notre humanité ne peut être définie qu’à travers nos autres frères humains. En tant qu’africain, vivant en Occident, je pense que c’est de notre devoir de démontrer ces valeurs africaines d’unité, de solidarité et de soutien mutuel. Je ne défends pas le communisme ; loin de là. Je propose plutôt l’Africanisme, la philosophie Ubuntu : je suis parce que tu es…

Une Histoire D’Amour.

De Laurent Akpali.

Un homme épouse une belle fille. Il l ‘aimait beaucoup. Un jour, elle développa une maladie de peau. Lentement elle commença à perdre sa beauté. Un jour son mari part pour une tournée. En revenant il y eu un accident et perdu la vue. Cependant leur vie conjugale continua comme avant. Mais au fil des elle perdit peu à peu sa beauté. Le mari aveugle ne saurait pas cela et il n’y avait aucune différence dans la vie conjugale, il continua à l’aimer et elle l’a aussi beaucoup l’aimé. Un jour elle mourut. Sa mort lui causa beaucoup de chagrin. Après avoir finit tous ses derniers, il voulut quitter cette ville. Un homme derrière lui l’appela et lui dit: maintenant comment allez-vous être capable de marcher tout seul? Tous ses jours votre femme vous aidait. Il répondit: je ne suis pas aveugle. J’agissait ainsi, parce que si elle savait que je pouvais voir sa laideur, ça lui aurait fait plus que sa maladie. J’ai donc semblant d’être aveugle. C’etait une très bonne épouse. Je voudrais seulement la garder heureuse.

MORALITÉ: Quelquefois, il est bon pour nous de faire semblant d’être aveugle et d’ignorer les défauts des autres bref, afin d’être heureux.
PARDON: Peu importe combien de fois les dents mordent la langue, elles restent toujours ensemble.
UNITÉ: Même si les yeux ne se voient pas, ils voient les choses ensemble, clignent simultanément et pleurent ensemble.
QUE DIEU NOUS ACCORDE L’ESPRIT DE PARDON ET DE L’UNITÉ.
LA BEAUTÉ DES RELATIONS HUMAINES: NOUS NE SOMMES RIEN SANS LES AUTRES.

LOLO.

Can the ‘City of Brotherly Love’ Continue to Show Love? How Trump’s Executive Order on Immigration Impacts Philadelphia?

By Rachelle Martinez.

Long before Trump officially took office, people the world over have spoken out and protested against the policies he proposed should he be elected as President of the United States.  Tightening existing immigration policies remain paramount amongst the changes he proposed taking in his first 100 days, as evidenced by the recent executive order he signed less than six days after swearing-in as our nation’s 45th president.  On January 27th, President Trump signed the Executive Order entitled, “Protecting The Nation From Foreign Terrorist Entry Into The United States”. This order is by definition intended to serve as a “policy of the United States to protect its citizens from foreign nationals who intend to commit terrorist attacks in the United States; and to prevent the admission of foreign nationals who intend to exploit United States immigration laws for malevolent purposes.” In principle, Americans would support such a measure; however, its lack of clarity, abruptness of existing measures undertaken by the U.S. Department of Homeland Security (DHS), and unspoken prejudiced towards certain groups of individuals have done nothing less than spark outrage, heighten concern, and mobilize the masses to protest in response.  In a recent assessment of Trump’s travel ban and its global reverberations, Debra Amos, NPR reporter, indicates that “as the order took effect, travelers who had previously been issued valid visas were detained at airports around the country, prompting protests and calls for their release. Judge Ann Donnelly in Brooklyn, N.Y., issued a temporary restraining order barring the deportation of as many as 200 people, citing the ‘irreparable harm’ they would face. The mixed signals continue, however, as refugee advocates and resettlement groups say they lack guidance for helping refugees already in the pipeline.”  Undoubtedly, we witnessed the balancing act of our government at play, as individual states and U.S. Circuit Courts have challenged and repealed Trump’s order. In Philadelphia, Mayor Kenney has made it clear that Philadelphia REMAINS committed to protecting all of its residents, regardless of what Trump’s Administration dictates; further, Philadelphia is NOT in the business of breaking families apart.  Recently, the head of the U.S. Department of Homeland Security, Jeh Johnson, declared a new paradigm shift from supporting “Sanctuary Cities” to taking on a more punitive, “Priority Enforcement” stance.  In defiant response, Mayor Kenney announced in early January that it would remain a Sanctuary City. Why is this important?  Before presenting here the implications of Mayor Kenney’s stance, allow me to define what a “sanctuary city” is.  A Sanctuary City, by definition, is a municipality that has adopted a policy of protecting unauthorized immigrants by not prosecuting them for violating federal immigration laws and by ensuring that all residents have access to city services, regardless of immigration status.  In the context of Trump’s clamp down policies, defying Trump’s authority has serious consequences for cities like Philadelphia.  Specifically, Philadelphia faces losing up to $638 million in State and Federal funding to support City Operations–a significant pool of funds that this city relies on.  The money paid for HIV counseling and testing, after-school snacks, analysis of narcotics evidence, services for neglected or abused youth, and the testing of DNA samples backlogged in the criminal justice system (Source: PhillyNews.com, 1/25/17, “Kenney Says Philly will Remain A Sanctuary City Despite Trump’s Order to Pull Funds”).

Certainly, the threat of losing this looms very close, since PA legislators are at this moment considering crafting PA legislation that would eliminate funding to support cities who defy federal policies. Based on the actions of leaders like Mayor Kenney and other notable mayors in large municipalities across our nation, the likelihood of lawmakers removing this vital funding will pale in comparison to the growing protests supporting immigrants, refugees, and other migrants here in the United States.

The question remains, however, will Philadelphia remain steadfast in its commitment to being an inclusive “City of Brotherly Love”? Undoubtedly, Philadelphia government has made significant strides in showing this steadfast commitment, and based on my observations from local efforts, she will continue to keep this stance for as long as possible. As recent as late January 2017, Mayor Kenney through his Office of Immigrant Affairs (MOIMA) held a special Round-Table to serve as a launching in a series as a way to connect the Mayor directly with the ethnic communities’ journalists here in Philadelphia and keep them apprised of important information that they, in turn, can deliver to their respective communities in a timely and accurate manner.   In addition, Mayor Kenney has continued to uphold and make considerable use of the Mayor’s Office of Immigrant Affairs (MOIMA) as the premier conduit to engaging with various ethnic groups throughout the City.  One of their flagship activities is the Mayor’s “Cup of the Nations”, which is an annual soccer tournament designed to increase varying ethnic communities’ visibility here in Philadelphia and celebrate each group’s uniqueness in our pluralistic community.  “Philadelphia Immigration Hub” is another testament to Philadelphia’s commitment to integrating immigrants, particularly into the business community here in Philadelphia.  The Philadelphia Immigrant Innovation Hub provides aspiring entrepreneurs and established small business owners with the tools and expertise they need to develop their businesses and is located in Northwest Philadelphia.  It is a joint project of Mt. Airy, USA and The Welcoming Center for New Pennsylvanians.  Further, the School District of Philadelphia has also played a proactive role in supporting immigrants and undocumented individuals.  On Tuesday, January 24th, in response to the quelling fear and uncertainty of many immigrant groups, the School District hosted a town hall meeting that was led by Superintendent Hite to address students’ and parents’ concerns with regards to pending changes in immigration policy.  Many parents expressed their concern over being separated from their children because they do not have legal status at present.  And just like many others, the School District awaits the outcome of such policy changes, but in the meantime, they affirmed their role as advocate in support of keeping families together.