Discours du président de l’ATAP